Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 08:09

 

Les inscriptions pour la conférence de Maurice VIDAL 

du vendredi 18 juin 2021 à 19h00

sont terminées

Nous annulons la conférence de 20h30, en raison d'un manque de participants.

Elisabeth

Micheline

Edith

Jean-Marc

Marie-Jo

Dominique

"CONFERENCE Maurice VIDAL vendredi 18 juin 2021 - 19h00"
Partager cet article
Repost0
10 juin 2021 4 10 /06 /juin /2021 19:32

 

Veuillez vous inscrire rapidement ...

Par tous moyens à votre convenance ...

Une jauge de 7 personnes dont l'intervenant ...

Nous vous proposons deux horaires ...

Merci de votre compréhension ...

rosinealenda.mj@orange.fr

"CONFERENCE Maurice VIDAL vendredi 18 juin 2021"

CONFERENCE 19H00 - 20H15

Elisabeth

Micheline

Edith

Jean-Marc

Marie-Jo

Partager cet article
Repost0
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 14:17

 

Un grand merci à tous les participants.

Que ceux qui ne figurent pas parmi les lauréats, ne se découragent pas,

vous n’avez nullement démérité !

Mais encore une fois, la concurrence fut rude !

CONCOURS "L'ENCRE & LA PLUME ENTRE CIEL & MER" saison 2020-2021

Le premier prix section poésies

"Jeux d'enfant"

A découvrir, pavé bleu de droite ,rubrique "A Lire ..." P38

 

Le deuxième prix section poésies

"Sablier à l'Ile de Sein"

A découvrir, pavé bleu de droite, rubrique "A Lire ..." P39

 

Le troisième prix section poésies

" Courir, jouer, écrire"

A découvrir, pavé bleu de droite, rubrique "A Lire ..." P40

 

Le prix spécial jury section poésies

"Les jeux" "Château de sable" "Belotte passionnée"

A découvrir, pavé bleu de droite, rubrique "A Lire ..." P41

 

POESIES

Premier prix : Jeux d’enfant.

Il peut tout à fait exister une poésie en prose, que Baudelaire appelait d’ailleurs de ses vœux en présentant son recueil Le Spleen de Paris (dit aussi : Petits poèmes en prose). La poésie est affaire de sensibilité et de regard, la forme choisie vient évidemment après, leur est subordonnée.

Ce poème manifeste une vraie vision personnelle, débarrassée des habitudes de l’École. J’ai beaucoup apprécié à cet égard la pratique systématique du changement très rapide des temps : « Elle était là. / Elle a trois ans. / Elle a trouvé ... – Le papillon prend son envol / La petite le suivit longtemps du regard ... » Cela traduit une conscience libre, à l’affût des sensations qui effectivement s’imposent à nous sans lien et de façon immédiate. Ce procédé, une variété d’énallage, manifeste la victoire de la perception sensible sur l’organisation logique, donc de la poésie sur l’intellect.

Beaucoup de dons prometteurs. Doit continuer, en maîtrisant l’invasion du lyrisme, qui guette les meilleurs, et en collant toujours aux sensations perçues.

Deuxième prix : Sablier à l’île de Sein.

Le langage étant intrinsèquement différent de la vie sensible, donc bien froid par rapport à elle, on peut vouloir le réchauffer, par exemple en le rapprochant du dessin, ou de la peinture, qui sont plus immédiats que lui. De là viennent les Calligrammes, qu’Apollinaire a pratiqués. Ce Sablier ... se situe dans cette tradition. Le calligramme qu’il présente est mimétique, en ce qu’on voit dans la disposition même des mots l’objet qu’annonce le titre. On peut imaginer aussi une disposition non mimétique, comme celle que Mallarmé a utilisée dans Un coup de dés jamais n’abolira le hasard.

Bonne référence à Michaux, tant il est vrai que l’intertextualité est une règle en littérature ! Pour moi, j’ai vu aussi passer dans ce poème l’ombre de Saint-John Perse.

Troisième prix : Courir, jouer, écrire.

Ce poème est simple et le but recherché est atteint. La dernière strophe est très juste et belle.

La fraîcheur ici est revigorante. Il faut essayer d’y parvenir quand on écrit ! Il faut du temps pour devenir jeune ...

Prix spécial du Jury : Haïkus (Les jeux / Château de sable / Belotte passionnée).

Comme c’est la première fois que lui sont proposés des haïkus, le Jury a voulu récompenser leur qualité de façon spécifique.

La forme de l’original, pour autant que nous puissions en avoir un équivalent dans notre langue, est respectée dans ces trois petits textes : 5/7/5.

Pour le fond, on a besoin de ce laconisme, pour mettre un frein à l’invasion du lyrisme qui caractérise notre poésie occidentale. Moins donne plus, comme un mets devient plus savoureux quand il réduit à la cuisson. Ou bien comme un alcool tire toute sa force de la distillation. De deux mots, donc, choisir le moindre.

Se méfier de l’apparente simplicité ici. En fait il y a deux pauvretés, l’une qui est subie et qui est manque ; et l’autre qui est choisie et qui est richesse.

Michel THERON, président du jury

ww.michel-theron.fr & www.michel-theron.eu

                                         

Le premier prix section nouvelles

"Un bel enterrement"

A découvrir, pavé bleu de droite, rubrique "A Lire ..." N30

 

Le deuxième prix section nouvelles

"Cas de conscience"

A découvrir, pavé bleu de droite, rubrique "A Lire ..." N31

 

 

NOUVELLES

Premier prix : Un bel enterrement.

Cette nouvelle est excellente, et manifeste des dons certains. La structure narrative est très efficace, avec intérêt qui va croissant, et la chute vient tout à fait à point, pour surprendre et faire découvrir l’ironie du titre (son antiphrase).

Le sujet est très en phase avec l’actualité, où l’on entend parler beaucoup de cas de ce genre. Mais une chose est d’en parler ou d’en entendre parler, et autre chose de mettre en forme de façon à intéresser un lecteur. Ici la mise en forme est impeccable. Bravo !

Deuxième prix : Cas de conscience.

Ce texte est une bonne actualisation du thème proposé : la vérité appliquée au monde judiciaire. J’ai alors pensé au film de Clouzot : La Vérité, qui traite le même sujet. C’est une bonne façon, originale et inventive, d’aborder la Vérité.

À la fin j’aurais aimé que soit ouverte une nouvelle piste, ou que l’intrigue soit davantage explicitée.

Bonne impression d’ensemble tout de même.

Michel THERON, président du jury

ww.michel-theron.fr & www.michel-theron.eu

                

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2021 2 01 /06 /juin /2021 11:03

 

Pour notre prochain club de lecture sur le sable de Palavas-les-Flots ...

En date du vendredi 23 juillet 2021 ...

Nous vous proposons deux livres ...

"L'amour après" de Marceline LORIDAN-IVENS

"Sois forte, Lucia" de Marie-José BASURCO

Bonne lecture ...

"CLUB DE LECTURE vendredi 23 juillet 2021"
"CLUB DE LECTURE vendredi 23 juillet 2021"
"CLUB DE LECTURE vendredi 23 juillet 2021"
"CLUB DE LECTURE vendredi 23 juillet 2021"

Partager cet article
Repost0
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 23:24

 

Une soirée de retrouvailles pour notre club de lecture

autour d'un pique-nique

sur le sable de Palavas-les-Flots

 

Une discussion ouverte et amicale

autour des livres

"La chinoise du tableau" de Florence THOLOZAN

"Funérailles célestes" de XINRAN

 

Merci à vous pour cette agréable soirée ... La distanciation a été respectée ...

"CLUB DE LECTURE du jeudi 27 mai 2021"
"CLUB DE LECTURE du jeudi 27 mai 2021"
Partager cet article
Repost0
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 10:52
"INFOS BUREAU"

Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 10:18

 

"LE PHILOSOPHE SCYTHE"

Jean de LA FONTAINE

 

Un philosophe austère, et né dans la Scythie,

Se proposant de suivre une plus douce vie,

Voyagea chez les Grecs, et vit en certains lieux,

Un sage assez semblable au vieillard de Virgile,

Homme égalant les rois, homme approchant les Dieux,

Et, comme ces derniers, satisfait et tranquille,

Son bonheur consistant aux beautés d'un jardin.

Le Scythe l'y trouva qui, la serpe à la main,

De ses arbres à fruit retranchait l'inutile,

Ebranchait, émondait, ôtait ceci, cela,

Corrigeant partout la nature,

Excessive à payer ses soins avec usure,

Le Scythe alors lui demanda

Pourquoi cette ruine ? Etait-il d'homme sage

De mutiler ainsi ces pauvres habitants ?

Quittez-moi votre serpe, instrument de dommage,

Laissez agir la faux du Temps :

Ils iront assez tôt border le noir rivage, 

- J'ôte le superflu, dit l'autre, et l'abattant,

Le reste en profite d'autant.

Le Scythe, retourné dans sa triste demeure,

Prend la serpe à son  tour, coupe et taille à toute heure ;

Conseille à ses voisins, prescrit à ses amis

Un universel abatis,

Il ôte de chez lui les branches les plus belles,

Il tronque son verger contre toute raison,

Sans observer temps, ni saison,

Lunes ni vieilles ni nouvelles

Tout languit et tout meurt,

Ce Scythe exprime bien

Un indiscret stoïcien :

Celui-retranche de l'âme,

Désirs et passions, le bon et le mauvais,

Jusqu'aux plus innocents souhaits

Contre de telles gens, quant à moi, je réclame,

Ils ôtent à nos coeurs le principal ressort ;

Ils font cesser de vivre avant que l'on soit mort.

 

 

D'après les réflexions finales, que pense Jean de LA FONTAINE de la philosophie stoïcienne ?

"PRENEZ LE TEMPS DE PHILOSOPHER"
Partager cet article
Repost0
10 avril 2021 6 10 /04 /avril /2021 16:38

 

Thomas d'AQUIN

Il est nécessaire pour le salut de l'homme qu'il y ait, en dehors des sciences philosophiques qu'examine la raison humaine, une doctrine procédant de la révélation divine.

 

Christine de PISAN "La cité des dames. 1405"

Ce sont les préjugés féminins de ta mère qui t'ont empêchée, dans ta jeunesse, d'approfondir et d'étendre tes connaissances, car elle voulait te confiner dans les travaux de l'aiguille.

 

Christine de PISAN "Livre de la mutation de Fortune. 1400-1403"

Vous dirai qui suis, qui parle, qui de femelle devient mâle.

 

Nicolas MACHIAVEL "Le Prince. 1532"

Si tu savais changer de nature quand changent les circonstances, ta fortune ne changerait point.

 

Jean PIC de la MIRANDOLE "Discours sur la dignité de l'homme. 1486 ou 1487"

Je ne t'ai donné ni place déterminée, ni visage propre, ni don particulier,

Ô Adam, afin que ta place, ton visage et tes dons, tu les veuilles, les conquières et les possèdes par toi-même.

Toi, que ne limite aucune borne, par ton arbitre, entre les mains duquel je t'ai placé, tu te définis toi-même.

Je t'ai mis au milieu du monde, afin que tu puisses mieux contempler autour de toi ce que le monde contient.

 

Thomas HOBBES "Léviathan. Chapitre XVII. 1651"

C'est comme si chacun disait à chacun : j'autorise cet homme ou cette assemblée et je lui abandonne le droit de me gouverner moi-même, à cette condition que tu lui abandonnes ton droit, et que tu autorises toutes ses actions de la même manière.

 

Baruch SPINOZA "Ethique. 1677"

Telle est cette liberté que les hommes se vantent d'avoir, qui ne consiste qu'en cela seul qu'ils sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les déterminent.

 

John LOCKE "Second traité du gouvernement civil. 1690"

Tout homme est naturellement libre et la seule chose qui est en mesure de l'assujettir à un pouvoir terrestre, c'est son propre consentement.

 

MONTESQUIEU "De l'esprit des lois. Livre XI, chapitre IV. 1748"

Il n'y a point encore de liberté si la puissance de juger n'est pas séparée de la puissance législative et de l'exécutrice.

 

Pour qu'on ne puisse pas abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

 

Emmanuel KANT "Critique de la raison pure. 1781"

Notre siècle est le siècle de la critique, rien ne doit y échapper, pas même la religion ou la législation. La raison n'accorde son estime qu'à ce qui a pu soutenir son libre et public examen. 

 

Emile DURKHEIM "De la division du travail social. 1893"

La morale c'est le minimum indispensable, le strict nécessaire, le pain quotidien sans lequel les sociétés ne peuvent pas vivre. 

 

 

"PRENEZ LE TEMPS DE PHILOSOPHER"
Partager cet article
Repost0
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 20:55

 

LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION : UN PROGRÈS OU UN SIGNE DE DÉCADENCE ?

 

Jean-Marc COLOMAR le mercredi 31 mars 2021 sur "PRENEZ LE TEMPS DE PHILOSOPHER"

 

Le thème proposé est pleinement d'actualité. Qu'est-ce qui, dans ce contexte d'extrême d'urgence sanitaire fait qu'on a le sentiment que tout se fait dans notre pays avec un, deux, trois temps de retard ? Que le pays de Pasteur se retrouve sans vaccin ? Une lenteur mortifère, qu'on nous assure calculée, motivée par le souci de tester et retester, certifier et contre-certifier toute avancée thérapeutique, mais aussi par le souci de vérifier, exemple parmi bien d'autres, si les textes pourraient autoriser dentistes, vétérinaires ou pharmaciens à apporter leur aide à la vaccination. La raison de ce pinaillage est le souci de nous protéger, de se conformer juridiquement parlant au fameux principe de précaution que dans un précédent commentaire j'ai pu qualifier de piège à ...

Le principe de précaution, et le Primum non nocere

Primum non nocere : « D'abord ne pas nuire » est le principe premier (!) d'Hippocrate (410 av JC) enseigné aux médecins. Au fil des siècles il a évolué vers la notion d'interdit fait au praticien de faire courir des risques injustifiés à son patient. On notera que les notions de risque et de justification-nécessité et donc d'esprit critique et d'éthique sont mises ainsi en avant.

L'irruption puis l'application péremptoire d'un principe dit de précaution (PDP) voudrait en toute logique qu'on s'abstienne de thérapeutiques qui présentent des effets secondaires ... Attendre Pour « voir comment ça se passe ailleurs », diraient les mauvaises langues (est-ce le cas d'ailleurs pour les autotests salivaires, utilisés massivement partout en Europe et toujours point dans notre pays ?) ... Cette prétention d'abstention systématique est absurde, et elle l'est puisque tout soin, chirurgical, médicamenteux, ou vaccinal génère des effets secondaires, systématiques ou aléatoires, rares ou récurrents ... Le médecin prescrit, opère et vaccine, qui fidèle au primum non nocere, questionne à chaque instant le ratio bénéfice-risque pour son patient. Cette approche, la seule rationnelle-Cartésienne, car compatible avec le doute scientifique et non la défiance systématique a permis, entre autres : la première trépanation, l'administration du premier vaccin par Pasteur, la première administration de pénicilline par Flemming et la première transplantation cardiaque ? J'en et d'aussi salvatrices ...

La confrontation au risque, l'appréciation du bénéfice-risque et l'éthique de responsabilité ne sont-elles pas l'expression nécessaire et suffisante d'un PDP qui serait plus sûrement acceptable ?

Le risque zéro n'existe pas. Il est fantasmé par une société avide de protection qui s'illusionne à vouloir mourir en bonne santé, voir à ne pas mourir du tout. Et puisque la mort est inacceptable et notre défiance sans limites, il nous faudra des coupables. Le pouvoir remis aux juges nous les fournira. Le PDC fera de nous un peuple de précautionneux et de procéduriers – Ou inversement, hypothèse peu flatteuse, que ce ne soit l'opinion publique trop longtemps « cocoonée » et conditionnée par ses peurs qui ne l'exige ! Ce serait la victoire la Doxa, si honnie de la philosophie antique, sur la raison. Nous sommes là très loin du tragique Grec, de son acceptation de la finitude, de l'exaltation de ses héros qui cherchaient l'immortalité dans le souvenir impérissable que laisseraient leurs exploits dans la mémoire des hommes.

PDP et démocratie

le PDP dans sa prétention à surprotéger l'individu borne le champ de l'action et rend inutile l'exercice de l'analyse d'une situation pour la dépasser au risque de déshabituer le citoyen de l'exercice d'une pensée critique pourtant indissociable d'une démocratie. On l'infantilise et de l'infantilisation naît l'angoisse. Beau paradoxe pour une tentative de protection universelle. A-t-on oublié que seules l'éducation, la connaissance et la rationalité forment le citoyen et lui permettent d'affronter les épreuves ?

Une remarque enfin. Le terme de prévoyance cité dans le texte de présentation renvoie inévitablement à l'étude mathématiques des probabilités, mais aussi, en effet je le crains, à la divination dont l'art semble partagé par des gouvernants, des médecins, des spécialistes en tous genres, des journalistes bavards et incultes et finalement par peut-être 70 millions de concitoyens. Heureusement, nous sommes nombreux à avoir souscrits des contrats de … prévoyance auprès de nos assureurs ...

"LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION : UN PROGRÈS OU UN SIGNE DE DÉCADENCE ? ... Commentaires ..."

Tocqueville-Extrait de "De la démocratie en Amérique" publié en 1845.

Prémonitoire, comme souvent ...

« Je sens que l'espèce d'oppression dont les peuples démocratiques sont menacés ne ressemblera à rien de ce qui l'a précédée dans le monde ... Je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux, qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs dont ils remplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres, ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine ... Il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.

Au-dessus de ceux-là, s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leurs jouissances et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril ; mais il ne cherche au contraire qu'à les fixer. irrémédiablement dans l'enfance, il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu'ils ne songent qu'à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur mais il veut en être que l'unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages ; Que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ? »

Partager cet article
Repost0
22 mars 2021 1 22 /03 /mars /2021 15:32

 

LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION : UN PROGRÈS OU UN SIGNE DE DÉCADENCE ?

« Allez donc voir votre dictionnaire »

 

« Précaution »

1 - Disposition prise par prévoyance pour éviter un mal ou en limiter les conséquences. Prendre ses précautions …

2 - Fait d’agir avec circonspection ; ménagement, prudence ».

Il n’y aurait pas de quoi s’alarmer de la première définition mais la seconde amène subtilement le terme « circonspection » ; comme si la simple prévoyance était insuffisante à décrire le phénomène … Cette « prévoyance » nous rapproche-t-elle de madame Irma ? En tous cas, aucune allusion ou rapport à la prévention. Mais pourquoi cette absence de référence à la prévention ?

Que dit le dictionnaire ?

 

« Prévention »

1 - Ensemble de mesures prises pour prévenir un danger, un risque, un mal,

pour l’empêcher de survenir.

2 - Ensemble de moyens médicaux et médico-sociaux mis en œuvre pour empêcher l’apparition, l’aggravation ou l’extension des maladies, ou leurs conséquences à long terme.

3 - Opinion défavorable formée sans examen ; partialité.

4 - État d’un individu contre lequel il existe une présomption de délit ou de crimes ; détention d’un prévenu.

Les premier et deuxième sens conviennent parfaitement à la vie de tous les

jours dira-t-on … Jusqu’à se demander ce que la précaution apporte de plus …

Ou de moins ?

Les troisième et quatrième sens rejoignent assez curieusement l’attitude négative que peut avoir également la précaution dans son expression de « ménagement » et de « circonspection ».

Et la locution comprend le mot « principe » un peu comme le cheval justifie le cavalier, les gonds supportent la porte, la morale sous-tend la religion !

Est-ce un grand principe ?

 

« Principe »

1 - Cause première, origine, source, « Remonter jusqu’au principe de toutes choses »

2 - Proposition admise comme base d’un raisonnement. « Je pars du principe que ... »

3 - Règle générale qui guide la conduite d’un raisonnement. « Être fidèle à ses principes ».

4 - Loi générale régissant un ensemble de phénomènes et vérifiée par l’exactitude de ses conséquences.

5 - Connaissance, règle élémentaire d’une science, d’un art d’une technique, etc.

6 - Élément constitutif d’une chose ; élément actif « fruit riche en éléments nutritifs » …

7 - De principe : qui porte sur l’essentiel mais demande à être complété et confirmé « accord principe … Théoriquement … Il devrait être là ».   

   

Une fois de plus le dictionnaire ne nous éclaire pas vraiment ! On est bien tenté d’accepter le troisième sens mais il ne semble pas que le quatrième soit légitime puisque la vérification de ses phénomènes ne sera opérationnelle que si on passe outre à la consigne de s’abstenir !

« L’événement possible, évitable grâce à une action efficace : tel est le schéma de pensée auquel il faut renoncer … »

Au fond ce principe dit de précaution nous défend-il, ou nous fait il défense ? 

"PRENEZ LE TEMPS DE PHILOSOPHER"
Partager cet article
Repost0
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 17:19

 

                                MORALE ET ETHIQUE

 

1/ Définition de la morale : tout ensemble de règles concernant les actions permises et défendues dans une société, qu’elles soient ou non confirmées par le droit.

« Les morales sont des données ». C’est un fait que, pour toutes les consciences majeures de notre civilisation, par exemple, certaines manières d’agir apparaissent comme obligatoires, d’autres comme interdites, d’autres enfin comme indifférentes » Lévy-Bruhl 1903.

 

2/ Mise en rapport avec l’étymologie : mos, mores : les mœurs

Rapport entre mœurs et morale : mœurs, ce qui est : morale, ce qui doit être.

 

3/ Mœurs : façon habituelle de se comporter pour un groupe social.

 

4/ Problème : la morale est-elle imposée par les mœurs ou bien s’impose-t-elle à elles ?

Autrement dit : la morale se déduit-elle des mœurs, en est-elle l’expression idéalisée ?

Ou bien est-elle A PRIORI, c'est-à-dire est-elle indépendante de l’expérience, indépendante des mœurs particulières de chaque groupe social ?

 

5/ Problème de l’origine de la morale

Si la morale est indépendante des mœurs, elle peut trouver sa source dans la « révélation » divine : rapport de la morale avec la religion. Définition de la religion : religare : « relier » et relégere : « recueillir ». La religion veille à ce que ses fidèles se comportent moralement.

 

6/ Toute morale est-elle nécessairement religieuse ? Toute morale est-elle nécessairement traditionnelle ? (Pas de religion sans tradition). Si oui, la morale est essentiellement conservatrice.

 

7/ Faut-il nécessairement croire que Dieu existe pour se comporter moralement ?

Sans Dieu, la morale est-elle encore possible, ou bien « tout est-il permis ? »

C’est la question que se pose Dostoïevski dans « les frères Karamazov » (1880).

 

8/ Distinction entre moralité et légalité : la loi politique est d’autant plus nécessaire - pour départager le permis et le défendu - qu’on n’est pas certain que les hommes obéissent à une quelconque loi morale.

 

9/ A la question « toute morale est-elle nécessairement religieuse ? » il faut ajouter celle-ci « une morale laïque est-elle possible ? »

 

10/ Rousseau : le fondement naturel de la morale : la conscience morale

Rousseau se prononce pour l’universalité de la morale, c'est-à-dire pour une identité, chez tous les hommes, des notions de bien et de mal.

A / Il existe pour Rousseau un « instinct moral », il existe en l’homme une « voix » qui nous dit, qui nous dicte où est le bien où est le mal. Cette « sainte voix de la nature » est dite « plus forte que celle des dieux »

B / La distinction du bien et du mal, autrement dit la morale, est innée, elle est naturelle et non pas culturelle. Elle est à trouver en soi. Le sens inné de la morale, cette « sainte voix de la nature », Rousseau l’appelle la conscience.

C / Rousseau revient ensuite à des objections possibles : l’inné (dans l’esprit) n’existe pas, les notions morales sont celles de notre éducation.

 

11/ Pour Descartes : « Discours de la méthode » : la morale est « la science ou la doctrine déterminant des règles de conduite »

 

12/ Pour Pascal : « Pensées » : c’est « l’ensemble des règles de conduite admises inconditionnellement et considérées comme applicables »

 

13/ G. Deleuze dans son livre « Spinoza, philosophie pratique » sur la différence de l’éthique avec une morale, trace une ligne de démarcation possible entre une MORALE DU DEVOIR et une ÉTHIQUE de la CONNAISSANCE. Cette éthique se distingue d’une morale de la simple obéissance.

 

14/ Etymologiquement : morale et éthique ont la même origine : MŒURS

Mais l’une est latine (la morale : MORES : MŒURS) et l’autre est grecque (ETHIQUE : ETHOS : MŒURS)

 

15 / Pour SPINOZA l’éthique est un aspect horizontal : définir des normes de vie à partir de relations avec les autres (exemple bioéthique : normes de déontologie appliquées sur le vivant). La morale a un aspect vertical

 

16/ L’éthique spinoziste n’entretient pas un simple rapport d’opposition avec la morale, mais un rapport d’inclusion et de dépassement

 

17 / Il y a un renversement spinoziste du schéma aristotélicien : ce n’est pas parce que chose est jugée bonne que je la désire mais c’est parce que je la désire que je la juge bonne.

 

18/ L’éthique, c’est pour l’homme de se donner un modèle qui est une représentation de ce que doit être la nature de l’homme, de ce vers quoi nous devons tendre. L’esprit s’adresse à lui-même sous la modalité du devoir être : préceptes auxquels obéit celui qui désire se rapprocher du modèle de la nature humaine.  

 

 

"PRENEZ LE TEMPS DE PHILOSOPHER"
Partager cet article
Repost0
21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 20:19

 

La Gazette des Tricoteuses Palavasiennes

Partager cet article
Repost0
17 février 2021 3 17 /02 /février /2021 19:43

 

DE QUI, DE QUOI SUIS-JE RESPONSABLE ?

Jean-Marc COLOMAR le mardi 16 février 2021 sur "PRENEZ LE TEMPS DE PHILOSOPHER"

Bonjour à tous,


A la lecture de ce questionnement : de quoi, de qui est-on responsable ? Une réponse m'est venue spontanément à l’esprit : nous sommes responsables d'abord de nous-même, de nos pensées et de nos actes passés, présents et à venir. Outre que cela soit déjà bien ardu, il découle tout naturellement de cette réponse, que nous nous trouvons de facto responsable de ce que nous avons engendré et de ce que nous devons protéger : nos enfants et notre famille. Cette responsabilité couvre aussi le champ de nos engagements passés, déclarations et promesses, dans le domaine amoureux bien sûr, mais aussi dans celui de l'amitié. Agir de façon responsable, assumer ces responsabilités et ses erreurs est, pour ce qui précède, exclusivement fonction de notre libre arbitre. L'intervention de la loi n'est ici que très secondaire. Notre libre arbitre dépend essentiellement de notre éthique personnelle, de l'image ou plutôt de l'estime que l'on a de soi. Rien d'inné là-dedans, c'est à notre éducation que nous le devons ... Et de celle-ci nous ne sommes pas responsables.

C'est à force d'éducation que l'homme acquiert altruisme, civilité et citoyenneté. Il s'éloigne ainsi de l'état de nature qui pour Voltaire et Kant signifie chaos et désordre, inégalité et loi du plus fort, les plus faibles étant éliminés sans états d'âme dans la course à la survie ou à la reproduction. Conclusion toute simple d'Albert Camus pour qualifier l'éthique de responsabilité qui devrait guider l'homme moderne (Ce n'est pas gagné !) : « Un homme çà s’empêche ».

Je ne vois pas par ailleurs comment distinguer responsabilité et culpabilité. Si l'on dispose d'une éthique personnelle, on culpabilise forcément des conséquences de nos erreurs et des peines que l'on a pu causer. La justice n'a encore rien à voir là-dedans. Elle vous jugera coupable au nom de la société si vous avez enfreint les lois de la société ... Et elle aura raison.

Paraphrase de Luc Ferry (Sagesses d'hier et d'aujourd'hui) dans son analyse de Kant : ... Le droit moderne, voulu par les philosophes des lumières est l'un des fondements de la démocratie, d'une République qui se voudrait idéale où les diverses libertés en présence se limitent réciproquement de sorte que ma liberté s'arrête là où commence celle des autres ... C'est en cela que « définir sa part d'humanité et donc sa responsabilité », tel qu’indiqué dans le texte proposé, comme une « exigence absolue » en fonction uniquement et prioritairement de ses engagements personnels pour telle ou telle cause ou insoumission à la mode n'est pas acceptable en démocratie dont l'adhésion à ses lois est le ciment. Le non-respect des lois d'une démocratie élective au nom d'une responsabilité personnelle est de l'irresponsabilité.

Constat d'actualité dans le contexte de nos retards ou manque de réactivité dans notre réponse à l'épidémie. À trop vouloir protéger, normer et règlementer pour rassurer, on décourage la prise de risques, l'exercice de l’esprit de responsabilité par le citoyen, le chercheur, l'élu. La dé-responsabilisation généralisée par peur du juge et donc la dictature tatillonne de l'administration, voilà le résultat d'un principe de précaution, véritable piège à …


 

Merci à Jean-Marc COLOMAR pour son commentaire

Merci à Jean-Marc COLOMAR pour son commentaire

Partager cet article
Repost0
15 février 2021 1 15 /02 /février /2021 11:55

 

La Gazette des Tricoteuses Palavasiennes ...

Partager cet article
Repost0
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 19:47

 

Nous attendons vos réflexions et vos commentaires ...

DE QUI, DE QUOI SUIS-JE RESPONSABLE ?

Définition :

Il s’agit du devoir de répondre de ses actes, toutes circonstances et conséquences comprises, c’est-à-dire d’en assumer l’énonciation, l’effectuation, et par suite la réparation, voire la sanction.

 

Quelques rappels historiques :

L’émergence du concept de responsabilité remonte aux sources des premières expériences juridiques.

Ainsi, la conception de la justice par Aristote, se fonde sur la référence à l’égalité. Selon lui, le déséquilibre provoqué par l’injustice nécessite l’intervention du droit qui joue un rôle d’arbitre dans la confrontation entre les deux parties opposées pour permettre un retour à l’équilibre. La détermination juridique de la responsabilité s’appuie essentiellement sur les comportements répréhensibles et apparents du sujet. La détermination morale de la responsabilité marque l’intérêt d’un retour à l’identité propre du sujet qui a commis l’acte illicite, à savoir, son être et sa personnalité. Elle requiert, selon Aristote, l’intention de l’individu et implique la préméditation de l’acte.

Pour Descartes, la faute de l’être humain, déterminée par l’erreur, ne peut se soustraire au principe de responsabilité.

Pour Spinoza, l’être humain doit se plier aux règles déterminées par la nature et il exclut le recours au concept du libre arbitre, ce qui entraîne à rejeter le principe de responsabilité des individus : tous les délinquants sont excusables, il faut les punir par nécessité, mais ne pas leur en tenir rigueur.

Dans l’ancien droit français, le libre arbitre et la volonté constituent la toile de fond qui pousse l’individu à se rapprocher du péché.

 

Le système juridique français actuel repose essentiellement sur les mêmes principes que l’ancien droit. En effet, le principe de responsabilité est justifié par la faute, c’est-à-dire, par la violation d’une obligation morale.

 

Fondements de la responsabilité :

La responsabilité se veut fondée sur une vision humaniste de la société. Dans la mesure où l’homme dispose de son libre arbitre, il est maître de son destin et doit agir en assumant sa liberté et sa responsabilité.

Cette responsabilité permet de protéger la liberté humaine et la cohésion de la société …

Cette conception s’appuie également sur la notion d’équilibre : tous les membres d’une société doivent accepter de répondre des conséquences de leurs actes afin de rétablir l’équilibre qu’ils auraient rompu.

La responsabilité s’exerce dans de nombreux domaines : responsabilité civile, pénale, administrative, morale, politique (le Gouvernement face au Parlement), environnementale …

La question qui se pose tout particulièrement à nous lorsque nous nous interrogeons sur le champ de notre responsabilité (« de qui, de quoi, suis-je responsable ? ») a trait à la responsabilité envers nous-mêmes et les valeurs morales qui sont pour nous prioritaires.

C’est là que l’on va devoir inaugurer du neuf qui marque le singulier d’une vie humaine.

La résistance à la loi dominante (résistance, en tant de guerre à l’occupant, désobéissance civile etc. …), l’engagement pour telle ou telle cause, peuvent être considérés par tel individu comme une exigence absolue qui définit sa part d’humanité, et donc sa responsabilité.

Le thème de ce débat nous invite à nous interroger sur les normes sociales et morales auxquelles l’être humain est confronté et face auxquelles il doit se situer …

"PRENEZ LE TEMPS DE PHILOSOPHER"
Partager cet article
Repost0

La Philo Les Pieds Dans L'eau ...

  • : BALLADE PHILOSOPHIQUE SUR LES RIVAGES PALAVASIENS
  • : "Ballade philosophique sur les rivages palavasiens". Tout un programme pour découvrir ou redécouvrir la philo, la culture ... Que vous soyez initiés ou non, nous vous proposons : Atelier-Philo Enfants - Atelier-Philo Adultes - Café-Philo - Entretiens sur la littérature - Café-littéraire - Conférences - Concours "L'Encre & la Plume entre Ciel & Mer" (nouvelles, poésies & contes) - Du théâtre avec la troupe des Cent Talents. Nous évoluons dans différents domaines culturels et notre concept n'est pas figé
  • Contact

Le billet de la présidente ...

L'association " Ballade Philosophique sur les Rivages Palavasiens " a été créée en date du 12 mai 2008.

 

Pourquoi "ballade" avec deux "ll" ?

Choix délibéré. Associer la philosophie et la littérature, apogée de l'outrecuidance pour certains me direz-vous, cependant les interrogations, les réflexions sur l'être et sur le monde, ces questionnements cruciaux qui peuvent parfois nous effrayer, pourquoi ne pas les aborder sur une note plus légère et le choix du terme "ballade" peut rendre plus accessible cette discipline.

Découverte ludique de la philosophie sous forme de cours et de débats pour adultes consentants.

 

Pourquoi la philosophie ?

Nostalgie d'une année de terminale, curiosité de l'esprit, besoin de comprendre et d'analyser le monde dans lequel nous évoluons, puisque la philosophie traverse toutes les époques, avec parfois, plus ou moins de difficultés.

Egalement le souhait de rendre cette discipline accessible au commun des mortels.

Développer notre écoute, réfléchir, être capable d'exprimer nos pensées, nos convictions, prendre en compte les opinions d'autrui, c'est aussi l'apprentissage de la philosophie. D'autant que les thèmes abordés concernent tout le monde.

 

La cotisation annuelle est fixée à 20 € et 30 € pour les couples ou deux enfants de la même famille.

 

Le bureau assume la logistique, le relationnel, la communication et l'évolution du concept.

Les différentes disciplines sont assurées par des intervenants.

 

L'association remercie les intervenants qui participent au maintien et à l'évolution du concept, les adhérents et les participants aux différentes manifestations qui permettent à l'association d'exister.

DICO & CITATIONS ...

CONFUCIUS

"Promouvez les homme intègres et placez les au-dessus des gens retors - le peuple vous soutiendra"

 

EPICURE

"Que personne quand il est jeune ne tarde à philosophe, ni, quand il est vieux ne se lasse de philosopher"

 

LE MARQUIS DE SADE

"La cruauté n'est autre chose que l'énergie de l'homme que la civilisation n'a point encore corrompue"

 

Auguste COMTE

"L'amour pour principe, l'ordre pour base, et le progrès pour but"

 

Jean-Jacques ROUSSEAU

"J'avais vu que tout tenait radicalement à la politique et que, de quelque façon qu'on s'y prit, aucun peuple ne serait jamais que ce que la nature de son gouvernement le ferait être"

"CAFE-PHILO"

Pierre MERLE

 

SAISON 2020-2021

- TENIR LA DISTANCE ET NON TENIR A DISTANCE

SAISON 2019-2020

- RENTRER - La notion de VACANCE(S) dans le rétroviseur

- ETRE UTILE ?

- LA MEMOIRE HUMAINE : ELEMENT D'ELAN VITAL OU FREIN ?

SAISON 2018-2019

- INVENTER (ET RE-INVENTER) SA VIE ?  

- LA DIGNITE JUSQUE DANS LE MOURIR ?

- SE CHANGER SOI - " MEME " : DEFI PROBLEMATIQUE ?

- RIRE - SAVOIR RIRE - FAIRE RIRE

- FIDELITES & INFIDELITES

- NAITRE : ACTE 1 DE LA FINITUDE ... OU DE LA LIBERTE ?

- LES CINQ SENS

SAISON 2017-2018

- L'ECOUTE

- L'ENVIE

- NOTRE CHEMIN DE PHILOSOPHIE EN CHANSONS AVEC GOLDMAN (Jean-Jacques)

- L'INTERGENERATIONNEL : GUERRE DES AGES OU VERS UN NOUVEAU "BRASS'AGES" ?

- DEPENDANCES ET DESIRS D'INDEPENDANCE

- L'IMAGE DE SOI du mythe du beau Narcisse au selfie, reflet de vie, moteur ou décor ?

- ON A TOUJOURS LE CHOIX !!! ? Avoir du choix et avoir le choix : homo electivus    

SAISON 2016-2017

- RENTREE EN IMMERSION LENTE ET APNEE DETENDUE AU CAFE-PHILO

- CE CHANGEMENT, CES NOUVEAUTES QUI FONT CRAINDRE POUR L'HUMAIN ... OU PARFOIS ESPERER ?

- LE MOT JUSTE ... Performance littéraire ? Exigence éthique ? Volonté de communiquer ?

- OH, MOI, VOUS SAVEZ, LA FAMILLE ... Avoir une (de la) famille, être une famille, faire famille ... ou pas !

- ATTENDRE - Sous l'empire de l'attente : captivité ou libre espoir ?

- FAUT-IL VOULOIR TOUT EXPLIQUER ?

- LA CONFIANCE

- PARLER / SE TAIRE Tu aurais mieux fait de te taire !

- L'AME : (IDEE) INUSABLE ?

- LE DESTIN : Le prendre en main ou s'en remettre à lui ... s'il existe ?

SAISON 2015-2016

- QUAND VIENT LA FIN DE L'ETE ... PHILOSOPHER SUR LES SAISONS

- ENERGIE PERSONNELLE : à la recherche de la source merveilleuse ?

- L'AMBITION, une passion ... Démocratique ou Aristocratique ?

- PEUR ET PEURS

- LE VIVRE-ENSEMBLE dans la société des individus

- DONNE ! Que fait-on en donnant ... ou pas ?

- LES BEAUX JOURS ... Les regretter ? Les attendre ? Les rêver ? Les faire advenir ou revenir ?

- LE NATUREL

- L'INTUITION

- CONVERSATION SUR L'ART ET LES ARTS

SAISON 2014-2015

- HABITER

- DE L'ANIMAL EN NOUS ET PARMI NOUS

- T'AS PERDU TA LANGUE ? Langage & communication

- PHILOSOPHIE DU PERE NOEL

- CE QUI NOUS ATTENTE, PERSONNELLEMENT ET COLLECTIVEMENT

- DU MENSONGE entre fait banal et fait de scandale

- QUOI DE NEUF SUR LE BONHEUR ?

- LA RANCUNE ... LE PARDON

- TU PARLES !! Ne parle-t-on que pour communiquer ou exprimer des pensées ?

- LACHER PRISE : périlleux ou salvateur ?

SAISON 2013–2014

- DIVERTISSEZ-VOUS, réalités et significations du « faire la fête » aujourd’hui

- COMMENT PEUT-ON (NE PAS) ETRE LAIQUE ?

- L'AMITIE, au coeur et ... au risque de l'engagement humain

- DOUTE ET CERTITUDE

- LA PART DU "JUSTE"

- LE TEMPS

- S'INDIGNER ?

- LE RIRE

- FEMME et HOMME - FEMININ/MASCULIN

SAISON 2012–2013

- PRIVE-PUBLIC, comment ça structure nos univers ?

- LA SOLITUDE, LEURS SOLITUDES, NOS SOLITUDES

- QUELLE ACTUALITE POUR LE "LIBRE-ARBITRE" ?

- LE GAI SAVOIR & LES PHILOSOPHES DE LA JOIE DE VIVRE

- LE CORPS, pensée et usages hier, aujourd'hui, demain

- Et si - par hasard - LE DESTIN N'EXISTAIT PAS ... faudrait-il l'inventer ?

- L'AMOUR : sa vie, ses oeuvres, sa romance, ses territoires et ses parts de marché

- EN CONSCIENCE ?

- A QUOI TU JOUES ?

- THEATRE VIE PHILOSPHIE

 

Bertrand LEROLLE

 

SAISON 2011–2012

- LA FIN & LES MOYENS

- LA MEMOIRE EST-ELLE L'AVENIR DE L'HOMME ?

- LA TRANSMISSION

- LE PATRIOTISME A-T-IL TOUJOURS UN SENS AUJOURD'HUI ?

- LE PROGRES EST-IL INELUCTABLE ?

- L'ETRANGETE DE L'ETRANGER

- Mais que cache le mouvement "ANONYMOUS" ?

- TOUT VA TROP VITE ? Vitesse et accélération dans nos existences contemporaines

- VERITE & UTOPIE

SAISON 2010–2011

- MORALE & ETHIQUE

- LE BONHEUR

- LA LIBERTE

- L'HONNEUR

- UNIVERSALITE & DIFFERENCE

- LE PRINCIPE DE PRECAUTION

- LE BEAU

- PEUT-ON VIVRE SANS VALEURS ?

SAISON 2009–2010

- QU'EST-CE-QUE PHILOSOPHER ?

- LA LIBERTE

- RAPPORT ENTRE LA PHILOSOPHIE & LA PSYCHANALYSE

- IDEAL & ILLUSION

- ETRE SOI A TOUS PRIX

- DE QUI, DE QUOI, SUIS-JE RESPONSABLE ?

- LE COUPLE

A Lire ...

INTERVENTIONS Maurice VIDAL CAFE-LITTERAIRE & CONFERENCES

INTERVENTIONS Maurice VIDAL

 

SAISON 2020-2021

- Douter, est-ce désespérer de la vérité ?

SAISON 2019-2020

- PEUT-ON PARLER DE TOUT ?

- RECONNAITRE LA VERITE,  EST-CE  RENONCER A SA LIBERTE DE PENSER ?

- L'OEUVRE D'ART EST-ELLE UN MOYEN DE COMMUNIQUER ?

- QU'EST-CE QUI ME PROUVE QUE JE SUIS LIBRE ?

- SUIS-JE CE QUE MON PASSE A FAIT DE MOI ?

- PEUT-ON TOUT ECHANGER ?

SAISON 2018-2019

- QUE NOUS APPORTE L'ANIMAL ?

- L'ATTITUDE PHILOSOPHIQUE CONSISTE-T-ELLE A NE JAMAIS CROIRE ?

- DE QUOI LA TECHNIQUE NOUS LIBERE-T-ELLE ?

- L'IMAGINATION EST-ELLE LE REFUGE DE LA LIBERTE ?

- QU'EST-CE-QUE L'EGO ?

- FAUT-IL METTRE EN QUESTION LES EVIDENCES ?

- LA VIOLENCE PEUT-ELLE AVOIR RAISON ?

SAISON 2017-2018

- PAR OU COMMENCER ?

- Y A-T-IL UN SENS A VOULOIR ECHAPPER AU TEMPS ? 

- L'EXIGENCE DE VERITE EST-ELLE COMPATIBLE AVEC L'ESPRIT DE TOLERANCE ?

- L'IGNORANT PEUT-IL ETRE HEUREUX ?

 

CAFE-LITTERAIRE

 

SAISON 2015-2016

Café-littéraire avec :

Monsieur Gérald DUCHEMIN

En date du vendredi 04 septembre 2015

La maison d'édition "Le Chat Rouge"

 

CONFERENCES

 

SAISON 2017-2018

Conférence de :

Monsieur Jean-Marie GUIRAUD-CALADOU

En date du vendredi 17 novembre 2017

"LA MUSIQUE A-T-ELLE UN SENS ?"

Conférence de :

Madame Nathalie NICAUD (soprano colorature)

En date du mardi 12 juin 2018

"UNE VOIX QUI SE RACONTE ..."  

SAISON 2016-2017

Conférence de :

Monsieur Maurice VIDAL

En date du mercredi 01 mars 2017

"TOUTE PRISE DE CONSCIENCE EST-ELLE LIBERATRICE ?"

SAISON 2015-2016

Conférence de :

Monsieur Samuel COHEN-SALMON

En date du vendredi 06 novembre 2015

"LE REVE"

Conférence de :

Madame Elise LANCIEN-ISNARD

En date du vendredi 08 avril 2016

"ECRIRE OUI ... MAIS COMMENT ! L'accompagnement littéraire ... Une solution !"

Conférence de :

Monsieur Pierre FERRARA

En date du mercredi 18 mai 2016

"LA SCIENCE DES RUSES ET L'ART DE LA RUSE"

SAISON 2014-2015

Conférence de :

Monsieur Samuel COHEN-SALMON

En date du vendredi 12 décembre 2014

"LE REVE"

Conférence de :

Monsieur Samuel COHEN-SALMON

En date du vendredi 20 mars 2015

"LE REVE"

SAISON 2013-2014

Conférence de :

Messieurs Jacques RECH - Maurice VIDAL - Jean-Pierre COUDER

En date du vendredi 18 octobre 2013

"LA PEINTURE DE Monsieur Jacques RECH"

Conférence de :

Madame Mireille ZARB-LOMBARD

En date du mardi 17 juin 2014

"UNE INCROYABLE QUANTITE DE TEMPLES A LA BEAUTE INDICIBLE SUR LE SOL DE L'INDE"

SAISON 2012-2013

Conférence de :

Monsieur Pierre FERRARA

En date du vendredi 14 juin 2013

"ULYSSE ET L'ETERNELLE ERRANCE"

SAISON 2011-2012

Conférence de :

Monsieur Jean-Marie GUIRAUD-CALADOU

En date du vendredi 25 mai 2012

"LE TARENTISME MEDITERRANEEN"

SAISON 2010-2011

Conférence de :

Monsieur Michel THERON

En date du vendredi 19 novembre 2010

"UN REGARD LAIQUE SUR LA RELIGION"

SAISON 2009-2010

Conférence de :

Monsieur Jean-Marie GUIRAUD-CALADOU

En date du samedi 23 janvier 2010

"LA MUSIQUE EST-ELLE UN LANGAGE ?"

Conférence de :

Monsieur Richard AMALRIC

En date du vendredi 05 mars 2010

"LES CINQ SENS"

LA PHILO ... Alain GUYARD

SAISON 2010-2011

PHILO-COMPTOIR

animée par Monsieur Alain GUYARD

En date du vendredi 04 février 2011

"Décapitez tous les philosophes !"

BATEAU-PHILO

animé par Monsieur Alain GUYARD

En date du lundi 08 août 2011

"Platon, philosophe de haute-mer, la dérive de la pensée et l'archipel des certitudes"

"PHILO-ADULTES"

Pierre GENAY

 

SAISON 2019-2020

- LA BIOETHIQUE ET L'URGENCE ECOLOGIQUE

- L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE EST-ELLE LA FIN DE L'HOMME ?

- LE HASARD

 

Alban COLLIN - Juliana De SOUZA

 

SAISON 2018-2019

- L'IMPORTANCE DES PREMIERS QUESTIONNEMENTS PHILOSOPHIQUES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLACE DANS LE MONDE CONTEMPORAIN

- DE LA CAVERNE A LA MATRIX : DEMYSTIFICATION DE L'ALLEGORIE PLATONICIENNE A LA LUMIERE DE NOS JOURS

- PEUT-ON MESURER LE BONHEUR ? REFLEXIONS SUR LE BONHEUR NATIONAL BRUT (B.N.B.)

- TEMPUS : LA DIVISION DE LA DUREE

SAISON 2017-2018

- LA VERITE DEPEND-ELLE DE NOUS ?

- L'IMPORTANCE DES PREMIERS QUESTIONNEMENTS PHILOSOPHIQUES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLACE DANS LE MONDE CONTEMPORAIN

- DE LA CAVERNE A LA MATRIX : DEMYSTIFICATION DE l'ALLEGORIE PLATONICIENNE A LA LUMIERE DE NOS JOURS

- PEUT-ON MESURER LE BONHEUR ? REFLEXIONS SUR LE BONHEUR NATIONAL BRUT (BNB)

- TEMPUS : LA DIVISION DE LA DUREE

SAISON 2016-2017

- FAISONS-NOUS L'HISTOIRE ?

- QU'EST-CE QU'ON ATTEND POUR ETRE HEUREUX ?

- LE BONHEUR EST-IL LE BUT DE LA POLITIQUE ?

- L'ETAT EST-IL UN MAL NECESSAIRE ?

- PEUT-ON FONDER UNE MORALE SANS DIEU ?

- LE DESIR A-T-IL UN OBJET ?

- LA SOLITUDE

- PEUT-ON SE LIBERER DE SA CULTURE ?

SAISON 2015-2016

- COMMENT PROUVER L'EXISTENCE DU MONDE EXTERIEUR ?

- LE SENS DE LA VIE ! ! !

- NUL NE FAIT LE MAL VOLONTAIREMENT

- QU'EST-CE QU'UN HOMME LIBRE ?

- FAUT-IL ETRE MORAL ?

- NATURE & CULTURE

- ETRE UN BON VIVANT !

SAISON 2014-2015

-EST-IL POSSIBLE DE NE PAS ETRE SOI-MEME ?

- DESIR & AMOUR

- VIVRE NU ?

- A CHACUN SES GOUTS

- LA SOCIETE DE CONSOMMATION

SAISON 2013-2014

- AVOIR TOUT POUR ETRE HEUREUX

- LE TEMPS QUI NOUS EST COMPTE, COMMENT COMPTE-T-IL ?

- QUELS ACCORDS JOUENT NOTRE CORPS ?

- CHOISIR SES ENNEMIS OU AMIS, EST-CE CHOISIR LE SEMBLABLE OU LE DIFFERENT ??

- L'AMOUR & LE PARDON

- LE SOUCI DE SOI

"LA LIBRAIRIE"

CLUB DE LECTURE

 

SAISON 2021-2022

TITRE : FUNERAILLES CELESTES

AUTEUR : XINRAN

TITRE : L'AMOUR APRES

AUTEUR : Marceline LORIDAN-IVENS

TITRE : SOIS FORTE LUCIA

AUTEUR : Marie-José BASURCO

SAISON 2020-2021

TITRE : LA CHINOISE DU TABLEAU

AUTEUR : Florence THOLOZAN

SAISON 2019-2020

TITRE : CET INSTANT-LA

AUTEUR : Douglas KENNEDY

TITRE : VERS LA BEAUTE

AUTEUR : David FOENKINOS

TITRE : UNE MACHINE COMME MOI

AUTEUR : Ian McEWAN

TITRE : CHANGER L'EAU DES FLEURS

AUTEUR : Valérie PERRIN

TITRE : LES VICTORIEUSES

AUTEUR : Laeticia COLOMBANI

SAISON 2018-2019

TITRE : LA TRESSE

AUTEUR : Laeticia COLOMBANI

TITRE : EN ATTENDANT BOJANGLES

AUTEUR : Olivier BOURDEAUT

TITRE : QUAND SOUFFLE LE VENT DU NORD

AUTEUR : Daniel GLATTAUER

TITRE : FUGITIVE PARCE QUE REINE

AUTEUR : Violaine HUISMAN

 

COUPS DE COEUR LIVRESQUES

Fabienne ALCACER

TITRE : METAMORPHOSES D’UN MARIAGE

AUTEUR : Sandor MARAI 

TITRE : LES DEFERLANTES

AUTEUR : Claudie GALLAY

Annie GALLOU

TITRE : LE PASSE SIMPLE

AUTEUR : Driss CHRAIBI

Jackie RUE

TITRE : LES SEMEURS D’ESPERANCE

AUTEUR : Jean-Luc FABRE 

TITRE : LE COLPORTEUR DES AMES

AUTEUR : Jean-Luc FABRE 

TITRE : LE SERMENT DES JUSTES

AUTEUR : Jean-Luc FABRE 

Fabienne ALCACER

TITRE : PENSEES SECRETES 

AUTEUR : David LODGE 

 Fabienne ALCACER

TITRE : Fanny STEVENSON

AUTEUR : Alexandra LAPIERRE 

Jackie RUE

TITRE : LA VENGEANCE DU PARDON

AUTEUR : Eric-Emmanuel SCHMITT

Eliane GUILLET

TITRE : N’ABANDONNEZ JAMAIS,  

NE RENONCEZ A RIEN

AUTEUR : Francis HUSTER

Odile GOMILA

TITRE : TA DEUXIEME VIE COMMENCE

QUAND TU COMPRENDS QUE TU N’EN AS QU’UNE

AUTEUR : Raphaëlle GIORDANO

Fabienne ALCACER

TITRE : L’OMBRE DU VENT

AUTEUR : Carlos RUIZ ZAFON 

TITRE : LE BAL DU DODO

AUTEUR : Geneviève DORMANN

Odile GOMILA

TITRE : LE VOYAGE DE THEO

AUTEUR : Catherine Clément

Eliane GUILLET

TITRE : LEGENDE D’UN DORMEUR EVEILLE

AUTEUR : Gaëlle Nohant  

Fabienne ALCACER

TITRE : LES FILLES DE HALLOWS FARM

AUTEUR : Angela Huth 

Jean DAMEL

TITRE : LES TROUBADOURS

AUTEUR : Henri DAVENSON

(nom de plume : Henri Irénée Marrou)

Elisabeth BON

TITRE : OSCAR ET LA DAME ROSE

AUTEUR : Eric-Emmanuel SCHMITT

Fabienne ALCACER

TITRE : COLLOQUE SENTIMENTAL

AUTEUR : Julie WOLKENSTEIN

Eliane GUILLET

TITRE : MAGELAN, récit historique

AUTEUR : Stefan SWEIG

Chantal MILLAUD

TITRE : REVE BLANC - AMES NOIRES

(recueils de poèmes)

Vingt-quatre heures avant la rencontre avec le dieu de la mort

AUTEUR : De Ma DESHENG

Fabienne ALCACER

TITRE : L'ORACLE DELLA LUNA 

AUTEUR : Frédéric LENOIR

 Fabienne ALCACER

TITRE : LE MYSTERE Henri PICK

AUTEUR : David FOENKINOS

Chantal MILHAUD

TITRE : LES IMMEMORIAUX

AUTEUR : Victor SEGALEN

Fabienne ALCACER

TITRE : TOUTE LA LUMIERE QUE NOUS NE POUVONS VOIR

AUTEUR : Antony DOERR